mardi 31 juillet 2012

13ème Hivernale du Raid Normand: les 2 et 3 février 2013

Encore une date à bien noter sur nos agendas.
La c.o. nocturne qui nous plaît bien se déroulera samedi 2 et dimanche 3 février prochains, toujours avec départ mystère et arrivée au Trait en Seine-Maritime.

lundi 30 juillet 2012

KV de Manigod: Philippe 92ème sur 146 classés et 179 partants

Finalement, en 55'40'', Philippe se classe 92ème sur 146 classés et 179 partants. Cela fait tout de même 33 coureurs ayant arrêté en cours de montée !!! 

Peu avant le départ, un coureur interpelle Philippe :"Tiens les Euréliens sont là!".
-- Bonjour Mathieu, comment vas-tu ? Mathieu fut animateur sportif et il a accompagné Philippe lors d'une semaine de sports USEP avec sa classe au château de Mormoulins. Puis devenu prof de sports, Mathieu est allé à Nicolas Robert Vernouillet et là, depuis deux ans, il habite à Thônes le veinard. Quand il sort de chez lui, il a le choix entre le lac d'Annecy pas très loin et les montagnes tout autour.

Un sacré podium féminin avec une gagnante de très haut niveau. Selon le speaker,  Christel Dewalle (6ème au scratch en 41'13'') n'a pas son équivalent actuellement en Europe sur un KV ! A ses côtés sur le podium Christiane Lacombe (2ème en 49'34) et Catherine Juillaguet (3ème en 50'41)

Superbe podium masculin avec William Bon-Mardion vainqueur en 37'38. William est un des meilleurs mondiaux de ski-alpinisme, du niveau de Kilian Jornet. C'est surtout, selon le speaker de la remise des prix, un "tueur" en descente hors piste ! Second de la course, un Américain du Colorado Macy Travis en 38'49. Troisième, Benoît Chauvet, coureur-skieur-écrivain. Il vient de sortir un recueil de nouvelles (on peut l'acheter sur  http://benoitchauvet.blogspot.fr/)

La ligne d'arrivée, juste à côté du temps de référence de Kilian Jornet

On descend et on encourage ceux qui montent encore...

Des temps de passage d'une autre planète. cela lui fait presque du 1800 m+ à l'heure !
Au loin dans la vallée, La Clusaz dans le soleil couchant.

Lors de l'échauffement, petit coup d'oeil derrière pour voir que ... eh oui ça monte très raide...

samedi 28 juillet 2012

La Courses des fiancés: la réponse de Didier à Philippe

La lutte au sommet que se livre Didier et Philippe en tête du classement Maratouristes du dénivelé continue. L'été avec les nombreuses courses en montagne du programme est favorable à cette bagarre amicale.
Après la belle série de Philippe (Montagn'hard60, montée de Peysey-Valladry et KV de Manigod) qui lui a permis de creuser l'écart en tête, Didier réplique avec la Course des fiancés dans les Pyrénées.
Tous les ans, le sens de la course change. Cette année, ce sera couru dans le sens Espagne-France. 
Didier constate :"Philippe a de la chance, il y a moins de dénivelé positif dans ce sens...! Mais je vais demander à pouvoir courir dans l'autre sens."
Florence sera également au départ de ce trail de 35 km, 950m+ et 1400m-.

Un joli dénivelé...

La course est prévue samedi 4 août

vendredi 27 juillet 2012

KV de Manigod, 55'40 et bilan très satisfaisant pour Philippe

Pour sa première expérience sur cette épreuve de grimpe pure, Philippe a réussi son pari. Voulant s'approcher d'1 h, il fait mieux et met 55'40'' pour grimper les 1000m+ et les 3,4 km du KV de Manigod, près de La Clusaz.
N'ayant pas attendu la proclamation des résultats, Philippe ne connaît pas son classement qui devrait le situer au milieu des 179 partants, une majorité de spécialistes alpins.

Avant le départ, échauffement près de la station du col de Merdassier au-dessus de Manigod
"Départ original puisque, du lieu des inscriptions (la vieille ferme), nous sommes tous descendus, en groupe et en marchant, de 275 m de dénivelé pour aller sur la ligne de départ.
Les deux cents premiers mètres (en distance) de la course étaient les moins raides, on courait tous. Puis on est vite rentré dans le dur, le très raide, le plus raide selon les organisateurs au briefing. J'ai été un des premiers à marcher. Je ne l'ai pas regretté car j'ai doublé tout le temps. Personne ne m'a passé, preuve que j'ai bien géré. On est repassé près de la vieille ferme, un superbe hotel-restau 3 étoiles où nous avions 100 m de plat avant de repartir de plus belle pour les 725 m+ restants.
Tout au long de la montée, énormément de spectateurs qui nous encourageaient. Une belle ambiance. Il faisait chaud dans la vallée dans l'après-midi (32°) mais à 18h30 à 1500 m pour le départ, ça allait.
Tous les 200m+, un panneau avec le temps de passage de Kilian Jornet lors de sa montée record en juillet, 35'26'' je crois.
1000 m+ plus tard, c'est fini, ce fut intense et Philippe a besoin de souffler...
Un sol pas facile au début avec une route forestière pleine de pierres qui roulent sous les pieds. Puis après la vieille ferme, sur l'herbe sous un téléski et enfin les 400 derniers mètres, rochers et sentiers avec beaucoup de marches, partie piège car il fallait éviter les marches trop hautes.
J'avais emmené un peu à boire de l'eau très sucrée mais en fait je l'ai bue en redescendant. Pareil pour les photos, je les ai faites en descendant, en montant ça cassait le rythme. J'ai quand même fait deux petits films qui seront bientôt sur le blog.
Le plus dur a finalement été ... la descente. Non chronométrée mais obligatoire pour revenir en bas. Raide et en essayant de ne pas gêner ceux qui n'avaient pas fini leur montée. Ce matin, je sentais davantage mes cuisses de la descente que mes jambes de la montée !
Voilà, bilan très satisfaisant pour ce premier KV. "

Descente par le chemin de la montée et loin en-bas la station du col de Merdassier. On croise les coureurs n'ayant pas fini leur montée...
Mes temps de passage:
200 m 10'37,
400 m+ 22'34 (11'58),
600 m+ 33'24 (10'50),
800 m+ 45'55 (12'31)
1000 m+ 55'40 (9'45)

jeudi 26 juillet 2012

UTMB: questionnaire pour les coureurs de 2003-2007

Les coureurs ayant participé à l'UTMB entre 2003 et 2007 lors des 5 premières éditions ont reçu un questionnaire pour savoir ce qu'ils sont devenus sportivement.
Voici le message qui l'accompagne.

Entre 2003 et 2007 vous avez participé à  l’UTMB® ! Cette course a sans doute représenté un événement majeur dans votre vie sportive.
Conscients de l’exigence d’une telle épreuve, nous aimerions connaître la suite de votre « histoire ». En effet, les conséquences à moyen et long terme de ces épreuves d’ultra-endurance sont très mal connues. Poursuite de course d’ultra endurance? Courses moins longues? Arrêt de toutes activités sportives? Blessures? Événements médicaux ou chirurgicaux  plus  graves? Transmission  de votre passion à votre entourage?
Merci de prendre quelques minutes pour répondre aux quelques questions en cliquant ici.
Les résultats généraux de cette enquête anonyme vous seront communiqués en priorité.
Bien cordialement,
Le club Mont Blanc cœur et sport et les trailers du Mont Blanc

mercredi 25 juillet 2012

Km vertical: première expérience pour Philippe ce mercredi à Manigod


Toujours à la recherche de dénivelé pour prendre de l'avance sur Didier au classement Maratouriste, Philippe sera ce mercredi soir (18h30) au départ du km vertical de Manigod près de La Clusaz. 1000 m+ en 3,4 km, Philippe vise moins d'1h15' et le plus près possible d'1 h  !

Allez voir sur ce lien, les images de la course 2011 gagnée par Kilian Jornet.
http://www.dailymotion.com/video/xkcoee_kilometre-vertical-manigod_sport

Pour ceux qui veulent voir des images du km vertical de Chamonix ainsi que le marathon du Mont Blanc e entier, aller voir ce lien
http://www.dailymotion.com/video/xrvcwe_integrale-kmv-kilometre-vertical-chamonix-marathon-du-mont-blanc-2012_sport#

mardi 24 juillet 2012

Raid 240 pyrénéen: 10 jours de reconnaissance pour Didier

Un raid de 240 bornes et 16.000 m+, cela ne se prend pas à la légère.
Didier en a conscience et il veut être à la hauteur. Pour finir sa préparation, il va délaisser le circuit du Temple d'Amour pour aller marcher dix jours autour de Cauterets.
L'intérêt de ce séjour est qu'il va lui permettre de reconnaître une belle partie de son circuit puisque le Raid240 passe deux fois à Cauterets, au km 120 (déjà 8500 m+ dans les pattes) puis quarante bornes plus tard au km 160 (11200 m+ ...).
Intéressant de bien mémoriser le parcours car à ce moment du raid 240, la lucidité sera moins présente.

lundi 23 juillet 2012

Raid 28: 4 courses pour fêter le 20ème anniversaire !

Voici le message posté par papy Turoom sur le forum du raid 28.
On y voit qu'en plus du classique raid 28 et du semi-raid, deux autres épreuves sont au menu.
Sur ce même forum, Stéphane a déjà annoncé qu'il était partant sur le 120 bornes à 3 !


Le Raid 28 : Incontournable, le seul et unique. A cinq, mixte sur 80 à 90 km dans une formule inchangée sur un parcours encore nouveau.

Le SemiRaid 28 : 4ème édition. Son succès en 2012 encourage les organisateurs dans cette formule sur les 50 derniers km du Raid 28. Plus court, mais pas plus facile !

L'UltraRaid 28 : Un vrai long trail partant de Chartres par équipe de 3 sur 120 km, il rejoint le Raid 28 et suit les balises les plus faciles. C'est nouveau et attendu.

Le Bures 28 : Nouveau de chez nouveau ! 28 kilomètres autour de l'arrivée dans l'esprit du Raid 28 par équipe de 3 ; une vraie surprise.

dimanche 22 juillet 2012

Cross du Mont Blanc: le compte-rendu (enfin !) de Philippe

Cross du Mont Blanc 2012.

Lors du lancement des inscriptions pour cette édition 2012, particulière pour moi puisqu’il s’agit de ma 25ème participation (toutes depuis 1987 sauf en 91 à cause d’un genou), j’ai été très heureux de voir que de nombreux Maratouristes s’étaient inscrits pour m’accompagner. La plupart avait déjà couru le cross mais certains il y a longtemps.
Les dossards supplémentaires dont ont bénéficié Anne et Mickey ont fait gonfler le nombre de participants à ce cross que j’ai pris plaisir à associer à la crémaillère de la Papilloune.

en arrivant à Argentière
Le week-end s’est parfaitement déroulé grâce à l’envie de tous  de passer un bon moment, à une météo exceptionnellement favorable mais surtout grâce à la disponibilité de Danye et de mes parents toujours prêts à écouter et satisfaire mes demandes, à Anne-Marie et Alain des voisins comme on rêve d’en avoir tous, et à la cousine Marie-Thérèse et son époux Giorgio.
Pour la course, j’avais prévu de partir vite pour tenter de chatouiller Mickey et Nicolas. Mon plan était de rester à vue pour leur mettre la pression dans la montée de la Flégère. Mais ce fut raté. Même en partant à 13, j’étais déjà à plus de 5 minutes d’eux à Argentière. Espérant revenir dans la montée, j’ai maintenu le rythme. Cela m’a permis de lâcher Henri R. parti du fond du peloton mais qui, grâce à son entraînement de semi-marathonien, était bien revenu avant le Lavancher. Dans les bosses, je le passais et sur le plat il me passait. Au ravito de Tré-le-Champ, sans m’arrêter je le doublais et je ne l’ai plus revu.

final avec Sophie et JP
A la Flégère, j’avais bien tenté de voir un maillot Maratouriste (de Mickey) ou un débardeur blanc (de Nicolas (à ce sujet Nicolas, ne penses-tu pas que si Mickey t’a doublé c’est uniquement parce que tu n’avais pas ton maillot Maratouriste ???)).  En vain. Dès lors, je décidais de lever le pied et de rejoindre l’arrivée à un rythme cool, les 5000 m+ de la Montagn’hard étant déjà dans mon esprit. C’est ainsi que,  sur la fin,  j’entendis JP, 50 m derrière, m’appeler puis Sophie revenir à mes côtés avant le dernier kilomètre de montée.  Je les attendis, j’enfilai mon maillot PP25 et on franchit la ligne tous les 3, main dans la main.
On apprenait que Mickey avait fait une grosse perf, que Nico avait souffert du dos puis les uns après les autres les Maratouristes  eurent droit à leur bière.
Une belle édition 2012.
Merci à tous d’être venus. Votre amitié me fait chaud au cœur.

25 participation et la Papilloune, ça s'arrose !
Les forfaits de dernière minute de Gaétan et Dominique (varicelle et coup de fatigue) et l’arrêt de Jacques (avec un accompagnateur, Jacques aurait fini les 5 derniers kilomètres, même en marchant cool, il avait de la marge sur les barrières horaires !) ont été la note négative de la sortie.

Rendez-vous pour la PP26, n’est-ce-pas Gaétan et Dominique ?

samedi 21 juillet 2012

Trail des Raids dingues, samedi 20 octobre, Notez bien la date !


Nos amis Raids Dingues de Saint-André de l'Eure organisent samedi 20 octobre leur 1er trail. 
Départ des deux courses à 17h30 et 18 heures pour 38 km (550 m+) et 11 km.
Notez bien la date, les Maratouristes seront présents en nombre sur cette épreuve qui s'annonce très sympa.

vendredi 20 juillet 2012

Montagn'hard60: 3 petites vidéos enregistrées par Philippe

video
Première vidéo en haut du Prarion.
video
La suivante en arrivant au refuge de Tré-la-Tête

video
Enfin celle-ci à la bifurcation sur l'arête du Mont Joly à 4 km de l'arrivée

Raid 240 pyrénéen: Stéphane se prépare sérieusement

Loin de la météo incertaine d'Eure-et-Loir, Stéphane est parti en Corse pour se préparer au raid 240 pyrénéen.
Il vient de boucler ce jeudi le sentier Mare a mare de Corse du sud, un parcours qui relie Portio Vecchio à Propriano ou l'inverse si l'on préfère.
Il a mis 17 heures pour faire cette belle sortie d'un peu plus de 67 km avec entre 2 et 3000 m+, sous un soleil et une chaleur qui l'ont bien fatigué.
"J'ai dormi en bivouac  avant de partir et j'étais en autonomie alimentaire et d'eau, 5 litres. J'avais un sac de 10 kg." 

Carte de Google maps

Très prochainement, des photos et son compte-rendu.

jeudi 19 juillet 2012

Trail de l'étang du Bois de Clos et trail de la Ligne verte: un beau doublé à effectuer !

L'année dernière, notre Maratrail avait lieu le premier week-end d'octobre suivi la semaine suivante du trail de la Ligne verte à Evreux et du trail de l'étang du Bois de Clos, tous les deux le même jour.
Cette année, pas de Maratrail mais on pourra prendre part à nos deux trails amis.


Le 7 octobre, nous serons au trail de MMA Sport de notre ami Jean-Yves puis une semaine plus tard, dimanche 17 octobre, à Evreux pour la course d'un autre ami des Maratouristes,  Fred Thébault.
Il restera après cela, trois semaines pour récupérer et se préparer pour les Hospitaliers. Parfait !


mercredi 18 juillet 2012

Le temple d'Amour attire les Maratouristes en pleine préparation

JP et Sophie, deux habitués du parcours Temple d'Amour-Toboggan se sont retrouvés ce mardi matin sur les pentes du coteau de Montreuil.
Si JP n'a fait que quelques tours en préparation pour les Hospitaliers de début novembre, Sophie  a enchaîné dix tours (!!!) en 3h15'. Il est vrai que la TDS approche et que dans six semaines, nous y serons...

Nos deux amis lors d'une courte pause photo

JP, poète : "Sans doute de ces oeufs sortiront de futures stars des collines et cela justifie pleinement le nom de ce lieu qu'est le Temple d'Amour où nombre de Maratouristes commencent à se retrouver..."

mardi 17 juillet 2012

Montée Peysey-Vallandry: Philippe 21ème sur 40

N'ayant pas attendu la proclamation des résultats à l'arrivée de la course, Philippe ne connaissait pas son classement.
Il l'a reçu ce lundi matin.

Il faisait chaud samedi à 18 heures, le soleil tapait fort et la casquette était obligatoire. 
Il est 21ème (6ème V2H sur 11) en 1h24'02'' sur 37 classés et 40 partants. 

Du départ à Landry, on voit la crête que l'on va grimper entre Bourg-Saint-Maurice et le Passeur de Pralognan pendant la TDS, ce sera le gros morceau de la course, le juge de paix, là où l'on ramassera ceux qui seront partis trop vite... Ceux qui ont de bons yeux voient même sur la crête un des forts auprès desquels nous passerons.

Pendant la traversée de Peysey aux environs de la mi-parcours (devant Philippe, la première féminin qu'il doublera, en marchant, sur la fin... car la jeune féminine a voulu tout faire en courant et elle s'est grillée. Ah, l'inexpérience de la jeunesse...).
Le vainqueur, Marc Maroud du club VEP 2000 La Plagne met 58'51' à 4 minutes du record de la montée entre Landry et Vallandry en passant par Peysey.

Le Tour de France sur les traces des Maratouristes

Ce lundi, le tour de France arrivait à Pau en passant par la côte de Simacourbe. Ce nom a rappelé à certaines oreilles Maratouristes des noms d'étapes du tour du Béarn 2001. En octobre 2001, les Maratouristes ont en effet participé avec une équipe de 8 coureurs au tour du Béarn dont départ et arrivée se situaient à Pau.

Voici nos étapes de 2001.
Samedi 6 cotobre
* prologue dans le parc de Bizanos pour Dominique, Philippe, JFL, David et Henri (2,3 km en 9'47'')
* Pau Bizanos - Nay pour Denis (15,6 km en 1h07'56)
* Asson - Ferrières pour JPRou (16,5 km en 1h15'03)
* Ferrières - Col du Soulor pour Philippe (12 km en 1h12'10)
 * Col du Soulor - Gourette (en passant par le col de l'Aubisque) pour David (14 km en 59'05)
* Béost - Plateau de Benou pour JFL (15 km en 1h10'24)
* Escot - Oloron Sainte-Marie pour Dominique (17 km en 1h05'40)
* Oloron Sainte-Marie - Lucs de Béarn pour Henri (15 km en 1h04'44)
* Lucq de Béarn - Mourenx pour Denis (14,2 km en 56'59)


voici 4 pages illustrant en couleurs notre tour du Béarn extraites du n°83 du Petmar du 13 novembre 2001
Dimanche 7 octobre
* Mazerolles - Arzacq Arraziguet pour JPRou (14 km en 1h03'29)
* Arzacq Arraziguet - Garlin pour Philippe (14 km en 56'27)
* Garlin - Château de Crouseilles pour David (19,8 km en 1h28'45)
* Château de Crouseilles - Simacourbe pour JFL (14 km en 1h06'16)
* Simacourbe - Morlaas pour Dominique (18,6 km en 1h21'21)
* Morlaas - Pau (palais Beaumont) pour Henri (16 km en 1h16')
* final dans Pau pour Denis et JPRou (6 km en 27'47)




Quelques moments forts de ce relais dans le Béarn.
* nos super-supporters Jean-marie et Sandrine nous ont accompagnés tout le week-end et ils nous ont gâtés avec des chocolats de Bayonne
* notre voyage en train couchettes et retour en TGV
* des voitures de location nous attendaient à la gare de Pau
* une étape terrible, celle de David arrivant au château de Crouseilles
* les cousins tarbais de Danye étaient en-haut du Soulor pour une dégustation régionale appréciée (n'est-ce pas JP ?)
* un peu de pluie (sauf des trombes d'eau sur Denis et son accompagnateur vélo Jean-Marie) et du soleil et de la chaleur dimanche, JFL, Dominique et Henri en ont souffert !




* Denis enchaîne deux étapes le samedi. Il s'était testé peu avant au relais du Semnon en courant deux étapes également
*dégustation appréciée de Madiran et de Pacherenc de Vic-Bihl au château de Crouseilles
* sympa le petit déj' à Mazerolles avec café et pastis landais
* sous le signe du 27 ! 27° pour l'étape de Henri, dossard n°27 pour l'équipe, Denis et JP 27èmes de leur final en 27 minutes, 6 coureurs finissent 27èmes de leurs étapes et l'équipe se classe ... 26ème au classement général !
* Sympas nos chauffeurs, Marie-Françoise, Christian et Janette qui nous ont conduit à la gare de Dreux où ils sont ensuite venus nous chercher.



* Difficile le repas du samedi soir sauvé à 23h10 par la pizzeria Nautilus à Mourenx.
* dur le Soulor en vélo ! JP devait accompagner Philippe dans la montée du Soulor. Résultat: il n'a jamais rattrapé Philippe et est arrivé vingt minutes après lui en-haut. Scénario identique pour Jean-Marie en vélo dans l'Aubisque loin derrière David à pied.

En 2002, une équipe de 7 Maratouristes (Henri, Philippe, JPRou, Dominique, JFL, Gaétan et Denis) était à nouveau dans le Béarn pour une 31ème place au final.


En ce mois de juillet 2012, un Maratouriste, Christian, absent pour nos tours du Béarn mais habitant Pau depuis quelques mois, pouvait aller voir le Tour de France.

lundi 16 juillet 2012

Franco doublement pressé de courir les 75 km du trail des Hospitaliers

Franco a tellement envie de venir courir les 75 km du trail des Hospitaliers qu'il s'est inscrit deux fois !
Il n'aura pas deux dossards mais peut-être aura-t-il le droit de faire deux tours ? Chiche !
Voici le message qu'il a reçu des organisateurs.



Objet
re: Inscription Trail des Hospitaliers (75Km) du 04/11/2012


Bonsoir,
Nous avons reçu votre inscription courrier aujourd'hui et vous êtes donc "doublement" inscrit sur notre course. Mais rassurez-vous, vous ne porterez qu'un dossard.
salutations sportives,
Philippe VIALA

dimanche 15 juillet 2012

Philippe fait sa récup' sur la montée de Peysey-Vallandry

En avril, en lisant le Dauphiné Libéré, Philippe avait décidé le jour même d'aller courir le trail de la Chatvoyarde à Saint-Jean-de-Chevelu, au pied de la Dent du Chat.
Même scénario ce samedi 14 juillet. La montée Peysey-Valladnry était annoncée dans le Dauphiné Libéré avec 13,5 km et surtout, détail très intéressant, 802 m+.
"Dis, Danye, il y a longtemps que l'on n'est pas allé du côté de Peysey-Nancroix."


Et hop, à 18 heures ce samedi, un Maratouriste était, sans ambition, juste pour le plaisir de re-grimper cool et pour mettre la pression sur Didier au classement dénivelé, au départ de cette montée sur route au départ et à l'arrivée et sur route forestière le reste du parcours.
Une cinquantaine de coureurs étaient au départ. Philippe se classe entre 20 et 25ème en 1h24', juste devant la 1ère féminine. Le vainqueur est près du record en 54' !
En alternant marche dans les portions les plus raides et course sans forcer, Philippe a géré sa reprise après la Montagn'hard60.

samedi 14 juillet 2012

Montagn'hard60: un message de notre amie Sophie

Bonjour Philippe et les Maratouristes!
Je fus surprise et très heureuse de te voir: ça rassure au départ!
Pour une première course de montagne: ça arrache! Ton Cr est superbe, il retrace fidèlement notre épopée fantastique.
Que dit le sloggan déjà?? la montagne ça vous gagne? oui... très sûrement, elle m'a conquise, même si, sur les hauteurs de Miage, je fus extrêmement tentée de plier les gaules.
Bonne récup' et au plaisir de te revoir,
A bientôt,
Sophie

n.d.l.r. pour une première course en montagne, tu n'as pas choisi la plus facile. Toutes nos félicitations !

vendredi 13 juillet 2012

Des infos sur le Raid des Pyrénées de Didier et Stéphane

Deux Maratouristes, multi-finishers de (dans le désordre)  l'UTMB, le Grand Raid des Pyrénées et le Grand Raid de la Réunion, seront fin août au départ du Raid240 des Pyrénées.
Didier et Stéphane feront équipe avec Thierry et Jean-Yves, ce dernier étant également un grand collectionneur de maillots finishers d'ultra-trail.
Voici quelques infos pour commencer à vous familiariser avec leur épreuve, incontestablement la plus difficile à laquelle un ou des Maratouristes a déjà pris part.
* 240 km et 16.000 m+ sont au menu.
* Départ mercredi 22 août à 9 heures, arrivée avant dimanche 26 août à 7 heures, soit 94 heures (presque 4 jours).
* 3 bases-vie avec salle de repos et possibilité de laisser un sac de vêtements aux km60, km140 et km190.

Quel profil ce 240 km !

* toutes les 12 maxi, les coureurs pourront avoir un plat chaud et toutes les six heures un point d'eau.
* les équipes ne sont classées que si au moins 3 membres finissent mais il est possible de finir à 2 sans être classés.

jeudi 12 juillet 2012

On parle des Maratouristes sur le site Kikourou

http://www.kikourou.net/forum/viewtopic.php?f=19&t=23665&start=960#p536884

Allez voir avec ce lien les commentaires sympas sur le compte-rendu de Philippe.

N'oubliez pas que ce site
http://www.kikourou.net/
devrait être dans vos favoris. Parmi les infos qu'on y trouve, un calendrier très complet avec toutes les courses qui peuvent nous intéresser. Pour chaque course, les photos, compte-rendus et résultats des années précédentes et toutes les infos pour aider à décider d'aller faire cette course.

mercredi 11 juillet 2012

TDS: dans 7 semaines, nous y serons

Les organisateurs de l'UTMB, de la TDS, de la CCC et de la PTL continuent d'envoyer des infos sur leur dixième organisation.
En voici un résumé.
Salon de l'Ultra-Trail®
Devenu rapidement un rendez-vous incontournable, le Salon de l'Ultra-Trail® se déroulera cette année du 29 au 31 Août, en prélude au départ de The North Face® Ultra-Trail du Mont-Blanc®. Compte tenu du nombre d'exposants c'est le premier salon mondial du trail et le deuxième après le marathon expo des salons liés à un événement de running.
Cet événement est un espace de rencontre consacré au trail sous tous ses aspects et destiné à tous ses acteurs : les trailers, les fabricants ou revendeurs de matériel, les organisateurs de trail et les médias. C'est pourquoi, chaque année, nous essayons de le rendre toujours plus attrayant et vivant.
Que vais-je trouver sur place ?
Bien entendu les partenaires de l'événement, des organisateurs de trails et des industriels spécialisés dans l'outdoor afin de préparer au mieux vos prochaines saisons de course à pied. Mais également des animations, des conférences, un espace restauration et les boutiques officielles de The North Face® Ultra-Trail du Mont-Blanc®. Détendus, conseillés et repus vous serez en quittant le salon.
Le Salon 2012 en quelques chiffres
· 108 exposants dont 36 nouveaux
· 22 de nos partenaires qui seront présents
· 25 exposants étrangers (Europe, Etats-Unis, Australie, …)
· les plus grands médias internationaux de running (Etats-Unis, Benelux, Canada, France, Italie, Suisse …)
· 34 organisateurs de courses du monde entier
· 5 conférences sur des thèmes intéressant directement les trailers et leurs accompagnants.

Suivi de course
Pour suivre la course, le moyen le plus évident est d'être sur le parcours, mais ce n'est peut-être ni le plus simple ni le plus complet. Alors, pour tous ceux qui ne le pourront pas, nous déployons chaque année des moyens importants pour vous permettre de ne pas rater une miette de ce qui se passe : Suivi en temps réel des coureurs sur notre Site Internet grâce à LiveTrail, sms, news, facebook, Twitter, et même cette année une WebTV !
Plus d'informations dans une prochaine newsletter dédiée à ce thème.

Bus de l'organisation

Une organisation exceptionnelle de transports en commun est prévue pour les coureurs et leurs accompagnants afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre et de particules.
Evitons ensemble que ces courses en pleine nature n'engendrent un immense essaim de voitures autour du Mont-Blanc.

Durant l’UTMB®, la CCC® et la TDSTM, des bus sont mis à disposition:

  • des coureurs pour les rapatrier à Chamonix ou à Courmayeur à l’issue de la course ou en cas d’abandon
  • pour permettre aux accompagnants d’aller voir leurs coureurs dans tous les villagestraversés sans utiliser leur véhicule personnel (voir carte ci-dessous).

Conditions d’accès

  • Bénévoles et membres de l’organisation : accès libre sur présentation du badge.
  • Coureurs : accès libre sur présentation du dossard.
  • Accompagnants :
    • Forfait illimité à partir du jeudi matin : .......................................... 25 euros par personne
    • Accès à Saint-Gervais / les Contamines uniquement (UTMB®) : ..... 6 euros par personne
      (gratuits pour les enfants de moins de 15 ans accompagnés par un parent)

Achat & réservation

  • Sur www.ultratrailmb.com : à partir du 1er juillet et avant le 17 août
    Ensuite, il faudra retirer le titre de transport sur le stand prévu spécialement à cet effet à la remise des dossards.
  • Sur place à Chamonix : en vente au chalet d’accueil du parking du Grépon, ainsi qu’à la remise des dossards et sur les points-info.
Départs CCC® et TDSTM
Pour aller de Chamonix à Courmayeur pour le départ de la CCC® ou de la TDSTM, les coureurs retireront une contremarque pour eux-mêmes et pour leurs accompagnants lors de la remise des dossards à Chamonix (le transport est gratuit pour les coureurs ; leurs accompagnants doivent acquérir un forfait à 25 euros)

RAPPEL/ 4 Maratouristes, Sophie, Nicolas, Henri et Philippe seront jeudi 29 août au départ de la TDS

mardi 10 juillet 2012

Montagn'hard 60: compte-rendu et photos de Philippe

MONTAGN’HARD 60, un nom bien porté
Bien sûr 60 bornes, ce n’est pas grand-chose par rapport à nombre d’ultra-trails que l’on a déjà finis. 60 bornes, on n’est même pas à Courmayeur sur l’UTMB, on est juste au col de la Seigne. Mais pour faire 5000m+ de dénivelé sur l’UTMB, il faut en plus monter l’arête du Mont Favre et … Bertone.
Voilà pourquoi la Montagn’hard est dure, ultra-dure. C’est un condensé de montées raides et de descentes techniques que l’on enchaîne sans répit. Seule portion plate, celle entre Notre-Dame-de-la Gorge et les Contamines-Montjoie, bien connue des UTMBistes, à l’envers.


Un finisher heureux avec Olivier l'organisateur


Arrivée la veille à Saint-Gervais avec Danye, un hôtel bien sympa au cœur de la ville, un retrait de dossard rapide, une assiette de charcuterie de pays et un excellent plat de tagliatelles bolo, une nuit courte, une navette avec un conducteur plus pilote que chauffeur et me voilà à Saint-Nicolas-de-Véroce. Une petite tartine beurre-confiture, un café, un bonjour à Olivier l’organisateur et à Jean-Michel-AKUNAMATA (blessé au genou et qui ne court pas) qui me prend encore en photo (quel album il doit avoir), une photo avec Jules-Henri Gabioud vainqueur du Tor des Géants, une bise à Sophie Dubois déjà croisée au Lyon Urban trail et me voilà sur la ligne de départ.


Jean-Michel (finisher Tor des géants 2010) me prend en photo chaque fois qu'il me voit (Millau, Chamonix, Lyon, Nivolet-Revard...) depuis qu'il m'a vu sur le DVD du cross du Mont Blanc 2007.

Il fait un peu frais mais comme on monte tout de suite, ça va vite chauffer.
Comme d’hab’, je souris en voyant des trailers en coupe-vent ou avec de chauds sweets manches longues. C’est la première fois qu’ils courent ? Ou ont-ils tout oublié avec le stress ?


Avec Sophie Dubois et Frédéric Chauveau avant le départ

7 h le départ. Effectivement ça grimpe tout de suite après une longue portion plate de … 150 m ! Les bâtons à la main (interdits jusqu’au km5), je m’échauffe. Je sens que les jambes sont là, j’ai bien fait de ne pas courir cette semaine après le cross du Mont Blanc. On bascule en haut des pistes de Saint-Nicolas. Déjà ! Plongée sur la vallée pour traverser la grande route et remonter vers le Prarion. Pas jusqu’en haut, juste 550 m+, le sommet ce sera pour plus tard. On redescend 300m- vers les Toiles, en haut de Saint-Gervais au  1er ravito.

Photo-souvenir avec Jules-Henri Gabioud, vainqueur du Tor des Géants 2011. Il ne courait pas ce samedi car en préparation pour le Gran trail Valdigne (100 km) en Italie le week-end suivant. Il était pour soutenir son frère Candide ne course sur le 60 km. Après son trail Valdigne, Jules-Henri sera au départ de la CCC puis dix jours plus tard ... du Tor des Géants (330 km) !!!

Dès le départ, ça monte...


En descente, ça va, les jambes répondent.
Surprise, j’ai déjà 20 minutes d’avance sur mes prévisions de 15 heures (établies en comparaison avec le GR73).
500 m de plat sur une route forestière, j’en profite pour finir ma soupe, mes tucs et un excellent fromage. Et commence les 1000m+ qui nous emmènent au Prarion. Je redouble Ghislaine, une coureuse que je verrai jusqu’à Tré-la-Tête. Après Tré-la-Tête, elle continuera 20 bornes au même rythme alors que je finis les  quinze derniers (dont 900m+) en marchant et elle me met 1 h !
Sophie Dubois, vue dans les premiers hectomètres de la course
En montant au Prarion, vue sur Saint-Nicolas-de-Véroce d'où nous sommes partis

Premier ravito aux Toiles et déjà Ghislaine est là (en bleu)


Cette montée au Prarion, superbe, la brume cachant les sommets disparaît. En cours de montée, une fusée extra-terrestre nous double en courant alors que c’était raide et que tout le monde marchait ! Sébastien Chaigneau en tête de la Moins’Hard de 37 km ! Impressionnant Seb, parti une heure après nous et qui m’a repris en 20 km ! Pas essoufflé !!!



Seb, une photo ? Sympa, Sébastien Chaigneau, 3ème de l'UTMB 2011, ralentit, se retourne, toujours aussi disponible. Merci champion !


Derrière ces champs de rhododendron loin dans la vallée, Le Fayet et Sallanches

La crête du Prarion, que du bonheur...


La montée se poursuit, ça grimpe bien puis on bascule vers Bionnassay (700 m-) dans un sentier peu emprunté ou taillé pour l’occasion, c’est-à-dire dré dans l’pentu ! Quelques glissades mais pas de bobos. Ghislaine me double. A Bionnassay, pas de Danye qui s’est trompée de route et en plus je suis 35 minutes en avance sur les prévisions que je lui ai données.


Du Prarion, on voit le col de Voza plus bas

Ravito de Bionnassay, près d el'auberge du même nom. Et Ghislaine est là


Un bon ravito, le plein d’eau car ça commence à taper fort et c’est parti pour 900 m+ vers le col Tricot. Jusqu’à la Frasse, on emprunte 15 km faits dans l’autre sens à la TDS 2011 et que nous verrons à nouveau fin août. Sur les 500 premiers mètres de montée, je me sens bien et dans ce cas-là, je m’amuse à doubler, même Ghislaine. On rattrape les derniers du 113 km partis 2 heures avant (sur le même parcours pendant 56 km). Sur la deuxième moitié du col, je souffle un peu. Dans la descente qui suit sur Miage (600 m- en un peu plus de 2 bornes), je souffre un peu, Ghislaine me passe. C’est raide, ça glisse. Je me fais doubler. C’est pas grave, allez-y les gars, je vous reverrai tout à l’heure.
Magnifique ce jardin couvert de lupins... en montant au col Sapin
Photo de l'arrivée au sommet du Prarion (photo mal placée chronologiquement)


Avant les 500 derniers m+ de la montée au col Tricot, la passerelle sur le torrent du glacier de Bionnassay

A Miage, comme à Bionnassay et plus tard à Tré-laTête et au Nant-Borrant, les terrasses  sont pleines de randonneurs devant leurs bières. Veinards ! Mais dans quelques heures, ce sera mon tour.
Encore un bon ravito, des bénévoles attentifs et aux petits soins. Merci à eux ! 1h15’ d’avance sur mon tableau de marche ! Je ne vais pas tenir !
Une petite remontée sur le Mont Truc et une plongée rapide (tiens, je double deux coureurs fatigués ( ?)) sur la Frasse. Pas de Danye qui s’est trompée d’endroit et regarde passer les coureurs de la Moins’hard de 37 km. Prochain rendez-vous à Notre-Dame-De-la-Gorge. Pas de souci, elle connaît !


Et toujours ces rhododendrons en montant au col Tricot

Du col Tricot, vue sur la descente et sur Miage et le petit Mont Truc

Ravito de Miage. Pas de Ghislaine sur la photo (elle est assise derrière, c'est vrai) mais le gars en bleu finira une minute devant moi. On fera la dernière montée ensemble.

Arrive la montée à la Combe d’Armancette, aussi sauvage de raide. Je me régale. Je suis bien. C’est pour des moments comme celui-ci où je grimpe très bien que j’ai couru toute l’année à l’entraînement, que j’ai enchaîné les Temple d’Amour et les tours d’Ecluzelles.  Là, continuer à le faire au bout de 7 heures d’efforts, c’est le pied ! Je reprends Ghislaine et plein de coureurs du 113, content de ne pas devoir faire aussi long qu’eux. Je garde le rythme jusqu’en haut. Je m’enflamme un peu, j’arrive même au sommet, petit faux-plat montant en trottinant. Tant pis si je le paie plus tard ! J’en suis déjà à plus qu’un marathon.


Sur le chemin en balcon vers Tré-la-Tête, une passerelle et ..... Ghislaine

On arrive au refuge de Tré-la-Tête et son ravito sur l'arête

Ravito de Tré-la-Tête et Jean-Michel est là avec ses bières et ... ses verres en verre !

Suit un long sentier en balcon avec beaucoup de pierres, rochers. Pas facile de courir alors je marche, enfin. Ghislaine, V2 comme moi, me passe en rigolant ! Elle aussi avait bien grimpé.
A Tré-la-Tête (2 h d’avance !), je retrouve Jean-Michel monté avec deux packs de Despérados. Sympa et très agréable même si c’est pas raisonnable avant 900 m de descente technique. Mais deux gorgées, ça va.
 Quelle descente ! Bertone, c’est une piste d’athlé à côté. J’exagère peut-être un peu mais c’est très difficile d’y courir. Alors je marche. Ce sera le cas sur presque la totalité des 15 bornes restantes.
En descendant de Tré-la-Tête, vue entre deux sapins sur le refuge du Nant-Borrant, l'ancien, le vrai, l'unique.

Erreur chronologique de chargement des photos, vue du Mont Truc depuis Miage
Presque en-bas de la descente de Tré-la-Tête, passage au pont romain sur la voie romaine de Notre-Dame-de-ma-Gorge, bien connue des UTMBistes.

Je ne suis pas à l’aise dans cette descente, un peu crispé et cela entraîne inévitablement la chute. J’ai eu peur mais rien de cassé juste un gros bleu au bras le lendemain. Je peine pour finir cette descente et arriver au pont romain en dessous des chalets du Nant Borrant. Je re-galope un peu sur les dalles de la voie romaine histoire de faire illusion devant Danye qui m’attend au soleil. Ouf, elle est là !

Danye au soleil attend son coureur aux Contamines

Après Tré-la-Tête, Jean-Michel était aux Contamines pour nous encourager. Merci à lui.


Presqu'en-haut de la dernière montée, vue en arrière sur la combe d'Armancette (à gauche) et l'arête du refuge de Tré-la-Tête (à droite). Que de chemin parcouru !

Pour rejoindre les Contamines, j’alterne marche et marche. Beaucoup de coureurs courent encore, une demi-douzaine me passent. Aux Contamines, en arrivant, j’entends « départ de la navette dans 5 minutes ». Je sais que je ne resterai pas longtemps à ce ravito. Une bonne soupe, fromage, tucs, le plein d’eau car il faut tenir les 10 derniers kilos, 3 heures selon mes prévisions qui envisageaient un coup de moins bien.


Dernière montée, on sort de la forêt. Un refuge en vue, c'est là qu'on tourne pour descendre ? Pas du tout, faut encore monter 250 m+...

Je pars doucement car les jambes sont lourdes. Pas de souci, ce ne sont pas 900 m+ qui vont m’empêcher d’aller au bout ! Au bout d’un quart d’heure, ça va mieux. Mais je manque de jus, pas encore la panne sèche mais pas loin alors je reste derrière un coureur qui m’emmènera presqu’en-haut. Au sortir de la forêt, on débouche sur l’arête du Mont Joly. Je crois être au sommet de la bosse alors j’accélère. Pas du tout ! Le balisage me montre clairement que le parcours continue à monter. Je vérifie sur mon altimètre. Et oui il manque 250 m+. Ils seront durs, longs.
on a déjà vu cette photo...
Finalement me voilà en-haut, 860m+ en 1h45 ! Pas terrible. Mais c’est bientôt la fin. Je prévoyais 1 heure pour les 4 derniers avec 700 m-. Mais en trottinant un tout petit peu, je grappille des minutes et descend en 45’ pour finir en 12h30, heureux de ma course, de la course, du parcours, de Danye qui a presque autant couru que moi, de la météo, de la bière finale et  des six bols de soupe (pois cassés/lardons, carottes/cerfeuil ou tomate/concombre) avalés après l’arrivée…
19h30, j’étais arrivé. 20h30, douché et restaurés, on reprenait la route et à 22 heures, nous étions à la Papilloune. Quelle belle journée !
Je m’endormis rapidement en pensant aux courageux encore en course , le dernier du 60 étant arrivé peu avant 1 heure du mat’ et celui du 113 vers 16 heures le lendemain !!!
Pour la TDS, presque le double de distance pour à peine 2000 m+ en plus, il ne faudra surtout pas avoir le même rythme et bien monter tout en douceur pour pouvoir durer très longtemps. Mais, j’ai confiance, les jambes sont déjà là et les randos de l’été vont m’aider, comme l’an dernier, à gagner en endurance.
Vivement fin août !

Fin de la dernière montée, il ne reste que 4 km mais chacun a besoin de souffler, de boire un coup. Ouf, bientôt la fin. Et des courageurx, immenses, tournent à gauche pour monter au Mont Joly. Il leur reste 57 km pour boucler leurs 113 bornes !

Début de la descente, du bonheur même si les cuisses couinent...

Philippe
(ps: vive l'ultra-trail ... en montagne!)