mardi 31 août 2010

Didier au Vétathlon de Oisème ce dimanche 5 septembre

Didier sera présent ce dimanche au vétathlon de Oisème. Qui l'accompagne ?

lundi 30 août 2010

Arrêt de l'UTMB: les explications de Michel Poletti et les messages de deux bénévoles en pleine tempête

Message de Michel Poletti, organisateur, sur le forum de l'UTMB
http://www.ultratrailmb.com/page/77/forum.html
Bonjour à tous,
après 2 nuits blanches, je découvre vos nombreux messages qui traduisent, en particulier pour ceux qui n'ont pas pu prendre le nouveau départ à Courmayeur hier à 10h, beaucoup de déception, mais aussi beaucoup de contrevérités et de jugements à priori. Voici quelques explications. Tout d’abord, il faut savoir qu’il est beaucoup plus facile d’annuler une course que de la laisser partir et de l’arrêter en cours de route : en cas d’annulation, nous sommes assurés, en cas d’arrêt, non et nous devons assumer toutes les charges financières supplémentaires, notamment de rapatriement.
Si le départ de l’UTMB a été donné, c’est simplement et uniquement pour essayer au maximum que la course ait lieu dans son intégralité. Si nous l’avons arrêté aux Contamines, c’est parce que toutes les observations terrain corroboraient la prévision météo : la situation sur les secteurs du Bonhomme et de la Seigne était intenable et cela allait encore empirer durant la nuit.
Faire passer la course dans ces conditions aurait mis gravement en danger la vie de très nombreux coureurs (et je proteste publiquement contre l’irresponsabilité totale – que j’espère due au manque d’information sur la situation réelle – dont relève certains messages lus sur ce forum au d’autres sites/blogs).
Faire partir la TDS aurait relever de la même inconscience. Lorsque cette décision est devenue évidente, j’étais personnellement en train de descendre vers St-Gervais, et j’avais moi-même du mal à croire ce que me disait Catherine au téléphone tant la situation météo semblait « cool ». Sachant que ce gros coup de mauvais temps serait bref, et que le temps reviendrait au beau dès samedi en Italie, puis progressivement en Suisse et en France, nous avons tout de suite imaginé comme solution de repli un départ à Courmayeur samedi matin, que l’on pourrait également proposer aux coureurs de la TDS dont le départ était également impossible. J’ai annoncé cette éventualité à mon arrivée à St-Gervais, mais la situation est devenue ingérable en moins de 5 minutes, tant les coureurs demandaient des informations que j’étais alors évidemment incapable de leur donner. J’ai du reprendre le micro pour annoncer que la reprise de la course à Courmayeur samedi n’était pas d’actualité et que la seule chose à faire pour l’instant était de rentrer sur Chamonix. La priorité fut alors d’organiser le rapatriement des 2300 coureurs et des 1000 accompagnants. Chose faite vers 23h, grâce à l’exceptionnel concours de Chamonix-Bus, de la SNCF et du Tramway du Mont-Blanc.
Nous avons alors travaillé à l’organisation d’urgence du départ à Courmayeur : s’assurer de la situation météo, s’assurer que toutes les communes pouvaient remobiliser leur bénévoles, réorganiser l’informatique, le médical, les secours, organiser les transports, obtenir les autorisations de fermeture de routes à Courmayeur, valider ce plan d’urgence avec les Maires des Communes et les autorités publiques. A 1h26, nous avons envoyé un SMS à TOUS les coureurs, sur le n° que vous avez communiqué dans votre fiche pour votre GSM obligatoire. Dans le même temps, la situation sur la fin de la CCC est devenue critique, avec en particulier des messages d’alerte de nos secouristes en poste sur le secteur de la Tête aux Vents. Il devenait également impossible de laisser s’engager d’avantage de coureurs sans risquer des accidents majeurs. A 2h10, nous avons pris la décision de stopper la CCC à Trient et Vallorcine et avons organiser le rapatriement des 1300 coureurs bloqués et de leurs accompagnants. Mais cela a mobilisé des moyens de transports sur lesquels nous ne pouvions dès lors plus compter pour le départ vers Courmayeur. A 4h02, nous avons renvoyé un SMS à tous les coureurs pour les informer que nous ne disposions que de 1000 places pour le transport vers Courmayeur. Mais malheureusement, nous ne maîtrisons pas la RECEPTION des SMS.
Un mot sur le parcours de repli demandé par certains. Faire l’UTMB, c’est faire le tour du Mont-Blanc. Si certains connaissent un parcours de repli qui évite de passer par le Col du Bonhomme et le Col de la Seigne ou par d’autres cols aussi élevés, dites-nous le d’urgence. Si un parcours de repli consiste à faire une course uniquement dans le Val Montjoie et la Vallée de Chamonix sans s’élever au-dessous de 1600 ou 1700 m, cela nous semble sans aucun intérêt. Dès lors, l’une des spécificité de l’UTMB, c’est qu’il n’existe malheureusement pas de parcours de repli.
Un dernier mot sur le problème de débalisage. Il s'agit d'une mauvaise information qui nous est parvenue. Après vérification, ce problème n'a pas existé.
Vous voilà informés, et vous pouvez maintenant juger, si vous le souhaitez
Michel Poletti

Message d'un bénévole en poste au col de la Seigne dans la nuit de vendredi à samedi
bonjour,
je faisais parti des benevoles present au col de la seigne dans la nuit de vendredi à samedi.
Nous étions sous une tempete tres impressionnante, coincés dans un abri dont il était tres difficile de sortir. Des vents tres violents soufflaient au col (probablement plus de 80 km/h (quasi impossible d'avancer face au vent et malgré une equipement etanche maximum, une duree d'expo aux conditions exterieures de quelques minutes seulement). De la pluie - des trombes d'eau - tombaient drus : sol inondé, sentiers transformés en torrents de boue et rivieres naturelles gonflées avec immersion au dela des chevilles obligatoires. Des eclairs sont tombés vers 19 h sur les cretes alentours avec de la grele.
Nous n'avons eu a aucun moment de creneau pour monter les tentes destinées à accueillir les coureurs. Notre mission etait simplement impossible à remplir.
En tant que medecin, il etait de mon avis tres dangereux de faire passer des coureurs sans risques potentiellement vital. Peut etre que les champions qui courent dans la montée et redescendent en trombe pouvaient passer sans s'arreter. Mais laisser monter plus de 2000 coureurs aurait été irresponsable.
Merci au PC course d'avoir compris cette situation à distance.

Message d'un bénévole en poste au col de la croix du Bonhomme dans la nuit de vendredi à samedi
Bonjour,
J’étais des bénévoles présents à la Croix du Bonhomme vendredi soir. J’ai été TRES déçue d’entendre parler de débalisage sauvage. Je suis d’accord avec Mr Poletti : « ce problème n'a pas existé ». On a balisé depuis les Chapieux jusqu’au col en partant de la vallée vendredi à 16h. Mais comme on s’est fait prendre dans la tempête de pluie, de grêle et de vent dans la montée, le balisage a pris beaucoup plus de temps que prévu. D’ailleurs on a été bien longtemps inquiet de ne voir revenir nos 2 baliseurs qu’à 22h (avec leurs ponchos de pluie déchiquetés). L’info viendrait juste de secouriste qui venaient du col en direction de la Croix et qui n’ont pas croisé les baliseurs à cause des conditions incroyables. Et ne voyant pas de balises ils en ont tiré de mauvaises conclusion, sans savoir que le balisage n’était tout simplement pas terminé à plus de 20h. Comme l’info du manque de balise est passé sur les radios on s’est vite retrouvé dans la belle saga des débaliseurs masqués. Bref…
Par contre, la course nous paraissait vraiment impossible sans catastrophe. L’année dernière à la Croix du Bonhomme on avait déjà eu deux accidents sérieux avec juste du brouillard. Rien à voir avec cette année avec énormément de vent, de la grêle et des trombes d'eau, avec les ruisseaux à traverser transformés en torrents... Une belle tempête de montagne...
On a juste eu un gros pincement au cœur en démontant la tente et le poste informatique qu’on venait enfin de mettre en place dans ces conditions. Mais en réalité, on était tous très soulagés, surtout le médecin, de ne pas faire passer plus de 2000 coureurs avec ce temps. Pour ceux qui connaissent cette descente de nuit, elle devient vite très dangereuse…
Merci à la direction de course d'avoir pris cette sage décision. Et peut-être à l’année prochaine sous les étoiles…

Raid familial de Nogent-le-Roi: belle participation des Maratouristes !

Florence chasse pour le dîner

Florence ajoute de l'eau dans son Ricard

Il n'y avait pas que l'UTMB, la CCC, le GRP et autre TDS ce week-end. Il y avait aussi le 1er GRFR (Grand Raid Familles Rurales).
Les Maratouristes se devaient d'y envoyer des représentants. Contrainte de base : avoir dans l'équipe un jeune entre 11 et 15 ans ou une personne de + de 60 ans. Les écoles étant fermées durant l'été, il a fallu écumer les maisons de retraite. Une équipe hybride a ainsi été formée après un recrutement haut de gamme : Max ironman inoxydable et Brigitte ancienne championne de France de triathlon (catégorie vétérans femmes hospitaliers) venant renforcer Florence et Didier qu'un sens aigu de l'anticipation météorologique avait amené à préférer les douceurs de la vallée de l'eure aux rigueurs du climat haut-savoyard.
Nom clin d'oeil de l'équipe : les SPACE COW-BOYS.
Recherche de balises, tir à l'arc, énigmes, lancer de ballot de paille et course à l'eau ont agrémentés un parcours VTT de 40 à 50km non chronométré entre Nogent-le-roi et Tremblay le vicomte.
Après un transfert vers Nogent, le montage du bivouac et une recharge en glucides et bolo une CO de nuit nous attend dans le parc du chateau. Plus à l'aise qu'au lancer de ballot de paille, on se dépouille pour faire un bon chrono mais on apprendra le lendemain que le chrono n'est pas pris en compte dans le classement.
Une bonne nuit réparatrice (enfin pour la plupart) un petit déjeuner en commun et c'est le départ pour la dernière épreuve CO à pied. Même méprise que la veille pour nous et on part à nouveau pied au plancher. On est même à deux doigts de renoncer à certaines balises difficiles pour soigner le chrono alors que seules les balises comptent! A moins que ce ne soit pour retrouver plus vite les jambons qui tournent à la broche depuis le matin en prévision du repas de clotûre.
On l'aura compris la convivialité et la bonne humeur furent avec l'intergénération et l'aspect familial les objectifs atteints par les organisateurs. Nous les félicitons et les remerçions encore ici.
Au classement nous finissons 7e sur 13 équipes mais l'essentiel n'est pas là car nous savons maintenant qu'en Juin 1592 l'abbé cassegrain a assisté avec son téléscope du haut de la chapelle ste anne à la destruction de chateau de tremblay le vicomte par des envahisseurs putéoliens arrivés par des crapauducs ...

Did

Brigitte fait les foins

Brigitte, Max et Florence vont à Tremblay-le-Vicomte

Les hommes partent à la pêche

L'équipe des SPACES COW BOYS devant le château de Nogent-le-Roi

dimanche 29 août 2010

L'UTMB arrêté après 31 km vendredi soir, Kilian Jornet gagne un 50 bornes (3800 m+) le dimanche !

Faute de pouvoir gagner l'UTMB pour la 3ème fois d'affilée, Kilian Jornet est allé en Italie ce dimanche gagner le Trofeo Kima, une épreuve du championnat du Monde de sky-running, une de ses spécialités.
Il avait quand même les 31 km de Chamonix-Les Contamines de vendredi soir dans les jambes...

Le Trofeo Kima comprend 49,5 km et 3800 m+. Le parcours passe à deux reprises à plus de 2800 m. Le point culminant est à 2950 m. Le départ est à Filorera à 850 m d'altitude dans la province de Lombardie.
On notera que cette course a déjà été gagné 4 fois par Corinne Favre et trois fois par un coureur appelé Mario ... Poletti.

Kilian gagne en 6H19'03" (record de la course), 2ème l'espagnol Miguel Heras 6H26'52" et 3ème Golinelli Nicholas 6H32'50".

GRP: Stéphane et Jean-Yves finishers

En arrivant à Vielle-Aure ce matin à 1h17, Stéphane et Jean-Yves sont devenus finishers du GRP (160 km et 10.000 m+) en 44h15.
Ils se classent 291èmes ex-aequo sur près de 800 partants.
Bravo !

samedi 28 août 2010

UTMB/TDS: l'Anglais Jez Bragg, un beau vainqueur pour la course de remplacement

Suivi par le caméraman en rollers, le vainqueur Jez Bragg file comme l'éclair vers une superbe victoire.


Le second de cette course de remplacement est l'Américain Mike Wolfe

L'Espagnol Zigor ITURRIETA RUIZ a effectué une superbe fin de course pour monter sur la 3ème marche du podium.


Entre les arrivées de la "88 km" de remplacement, les équipes de la PTL franchissaient la ligne, quatre jours après être partie pour cette impressionnante et merveilleuse aventure humaine de 240 bornes !

On notera que dans les douze premiers de cette course de remplacement, seul Cyril Cointre devait faire la TDS et n'avait pas couru du week-end. Les neuf autres ont fait Chamonix-Les Contamines la veille au soir ! Chapeau.
1/Jez Bragg; 2/Mike Wolfe; 3/Zigor Iturrieta Ruiz ; 4/Julien Chorier; 5 ex-aequo/Antoine Guillon, Cyril Cointre, Patrick Bohard, Thomas Saint-Girons et Jérôme Challier; 10/Pascal Blanc; 11 ex-aequo/ Dawa Sherpa et Kenichi Yamamoto.


GRP: Stéphane et Jean-Yves à quelques minutes du bonheur !

D'après nos calculs, Stéphane et Jean-Yves devraient franchir la ligne d'arrivée du l'ultra-trail Grand Raid des Pyrénées entre 0h15 et 00h45. Ils seront ainsi double-finishers du GRP (2009 et 2010).
Magnifique performance !
Rappelons que Stéphane est déjà double-finisher de l'UTMB 2006 et 2007.

UTMB et CCC 2010: des courses à vite oublier !

Le groupe d'accompagnateurs et de coureurs Maratouristes gardera de forts souvenirs de cette édition 2010.

C'est déçu et motivé pour revenir que nous avons quitté Chamonix. Mais cette année sera vite à oublier. Sur 5 coureurs, quatre coureurs arrêtés (3 sur l'UTMB et 1 sur la CCC) et un qui abandonne, 2010 ne restera pas comme une grande cuvée.
Il reste maintenant à connaître exactement ce qui s'est passé ce vendredi.
Toutes les raisons possibles pour l'arrêt de la course circulent, coulée de boue, débalisage sauvage, météo devenant catastrophique (vent violent, froid, pluie)... On dit même que les organisateurs savaient avant le départ que la course n'irait pas au-delà des Contamines et qu'ils ont donné le départ pour éviter d'avoir à rembourser les coureurs et de risquer de se retrouver sur la paille. Si c'est le cas, leur crédibilité perdrait quelques points.
Le fait est qu'une annulation ou un arrêt pour un motif de sécurité n'est pas discutable. On était mieux hier soir dans un bus que sous une coulée de boue ou perdu dans la tempête sur le Bonhomme... Le Mercantour est encore dans tous les esprits.

Grand Raid des Pyrénées: Stéphane et Jean-Yves sur la bonne voie pour être finisher

Contrairement à Chamonix où la pluie a été la reine du week-end, les Pyrénées ont offert de la chaleur et du soleil aux coureurs du GRP.
Stéphane et Jean-Yves sont sortis de la dernière base-vie à 12h15 après 120 bornes de course et ils espèrent arriver au but du GRP avant minuit. Ils étaient 316èmes ex-aequo sur 781 partants. Belle perf !
Bravo à eux.
Vu l'arrêt de l'UTMB, Stéphane se réjouit finalement de ne pas avoir gagné au tirage au sort de l'UTMB cette année.

Météo très détestable: la CCC également neutralisée et la TDS repoussée et transformée en CCC bis !

En raison d'une météo détestable sur la Tête aux Vents, pluie forte continue, vent violent, boue (raison donnée par les responsables du ravito de Trient), les coureurs de la CCC ont été stoppés et la course neutralisée. C'est à Trient et Vallorcine que les coureurs ont appris cette "mauvaise" (?) nouvelle.
A Trient, Sophie a donc été arrêtée de la même façon que ses trois camarades de l'UTMB cinq heures plus tôt. Christian avait pour sa part abandonné à Champex.

3h30, Sophie avait encore le sourire au col de la Forclaz, prête à finir sa CCC.

En arrivant à Champex, Christian n'avait plus envie de continuer.

Sophie avait bon appétit à Champex

A Champex, Sophie est restée plus d'une demi-heure au ravito
A Champex, Christian a bien récupéré à table
Sophie à Champex
3h10, Sophie à la traversée de la route entre le col de la Forclaz et Trient

Le thé et la soupe chaude étaient très appréciés à Trient. N'est-ce pas Sophie ?

vendredi 27 août 2010

UTMB: quelques images d'une course tronquée

Les organisateurs ont dû hésiter avant de prendre la décision d'arrêter l'UTMB quelques heures après le départ. Mais ils ont sûrement bien fait, on le comprendra mieux quand on connaîtra les vrais raisons de l'arrêt. On ne doit pas jouer avec la sécurité et la vie de milliers de trailers.
Nous sommes tous déçus, énormément déçus, à la hauteur de la préparation que l'on avait suivie durant toute l'année, de la motivation que l'on s'était forgée. Déçus car nous ne pourrons vivre cet instant magique qui est de franchir la ligne d'arrivée.
Mais on doit respecter leur décision et se dire qu'on aura d'autres occasions de galoper sur ces sentiers.
L'UTMB 2010 est arrêté, dommage, mais VIVE l'UTMB 2011 !
22 heures à Saint-Gervais, une activité étrange autour du ravito. Pas de coureur pressé ! Chacun devise tranquillement avec son voisin, "tu reprends de la soupe ?"
Personne ne court, ne se dépêche.
La nouvelle de l'arrêt de la course est tombée depuis une demi-heure.

En montant le col de Voza, sous une petite pluie (contrairement aux trombes d'eau entre Chamonix et Les Houches), on pouvait voir Chamonix sous une mer de nuages.

18h30, le départ vient d'être donné. Enorme ambiance dans Chamonix. Les 2300 coureurs partent pour une belle et longue aventure sans avoir qu'elle s'arrêterait très (trop?) vite.

Sur la ligne de départ, les 3 Maratouristes étaient prêts, un peu tendus mais motivés pour bien faire. L'an prochain peut-être ?

On vient de donner les sacs qui nous attendent au ravito de Courmayeur au km77. Tout le monde est détendu. Mais la pression monte.

Les organisateurs ont dû hésiter avant de prendre leur décision. Mais ils ont bien fait, on ne joue pas avec la sécurité et la vie de milliers de trailers.
Nous sommes tous déçus, énormément déçus, à la hauteur de la préparation que l'on avait suivie durant toute l'année, de la motivation que l'on s'était forgée. Déçus car nous ne pourrons vivre cet instant magique qui est de franchir la ligne d'arrivée.
Mais on doit respecter leur décision et se dire qu'on aura d'autres occasions de galoper sur ces sentiers.
L'UTMB 2010 est arrêté, dommage, mais VIVE l'UTMB 2011 !




CCC: Christian s'arrête à Champex, Sophie continue

Arrivé à Champex à 21h31, bien avant la barrière horaire, Christian s'est arrêté là, découragé par les conditions météo avec énormément de pluie.
Arrivée à Champex à 21h58, Sophie en est repartie à 22h37 après s'est bien changée, réchauffée et avoir bien mangé. Elle est attendue à 1h du mat' à Bovine puis vers 2h/2h30 à La Forclaz-Trient.
Allez Sophie ! Allez Sophie ! Allez !

UTMB: La course est arrêtée !

L'édition 2010 de l'UTMB n'ira pas à son terme. A cause d'une coulée de boue au col de Seigne (sans aucune victime et bien avant le passage des premiers coureurs) les organisateurs ont préféré jouer la carte de la prudence en arrêtant la course.

UTMB: des trombes d'eau à Chamonix à quelques heures du départ !

Alors que les coureurs de la CCC (Allez Sophie ! Allez Christian !) sont partis depuis plus d'une heure de Courmayeur, la pluie continue de tomber sur Chamonix. Coups de tonnerre, éclairs et averses très fortes, voilà le menu météo de ce matin.
De la vallée, impossible de voir un sommet à cause des nuages et pas facile, si ce n'est habillé en homme-grenouille, de s'asseoir à une terrasse !
Chaque coureur a reçu un message SMS de l'organisation conseillant de prendre des vêtements chauds pour la course car pluie, vent et froid seront les conditions de la nuit prochaine. On espère, la météo l'annonce, une amélioration dans la matinée de samedi.

"Tout ce qui tombe avant ne tombera pas pendant la course..." (proverbe Maratouroptimiste)

CCC: Sophie et Christian seront bien au départ à 10H .


Ce matin, à 7 heures, ils étaient au départ de la navette pour rejoindre Courmayeur où aura lieu leur départ.

jeudi 26 août 2010

UTMB: les Maratouristes rencontrent un double-vainqueur, Kilian Jornet !

Philippe pourra dire qu'il était devant Kilian Jornet à l'UTMB 2010. Oui d'accord, c'était à la remise des dossards. Mais quand même, il n'a pas pu passer.
Le hasard a en effet placé le double-vainqueur de l'UTMB (2008, 2009) derrière un Maratouristes. On en a profité pour faire une photo de famille. De là à penser qu'il sera bientôt Maratouriste, il y a un pas que l'on ne franchira pas.
Dans le quart d'heure qu'a duré la file d'attente, Kilian s'est très gentiment laissé prendre en photos par une dizaine de coureurs l'ayant reconnu et a dû répondre à un interview par téléphone. Il a raconté l'historique de sa carrière (ses parents tenaient un refuge et avec sa soeur, il adorait galoper dans les montagnes) et de sa passion pour la montagne et avoué faire 500.000 m+ par an, entraînements et compétitions, 270.000 en ski-alpinisme et 230.000 en course à pied.
Il habite Font-Romeu et pense que sa carrière durera entre dix et quinze ans. Ensuite, il restera dans le milieu de la montagne, continuera les compétitions pour le plaisir et aimerait devenir entraîneur pour faire profiter d'autres de son expérience.
Après Sierre-Zinal (qu'il a gagné), Kilian a fait du travail d'endurance en reconnaissant le parcours en ... deux jours. Il est également monté plusieurs fois au sommet du Mont Blanc.

Raid 28 2011: départ de Chamonix pour les Maratouristes !

Sur son stand du salon de l'UTMB, Papy Turoom nous a gentiment accueillis.
Et l'on a profité de la promotion de -10% effectuée lors de ce salon pour inscrire une équipe au prochain Raid 28 de janvier 2011.
Sur la fiche de renseignements de cette équipe Maratouristes Dreux A, Philippe a uniquement écrit le nom du capitaine: Didier. Florence et Henri sont OK pour l'accompagner. Restent deux places à pourvoir !

UTMB / CCC : TDS / PTL: la bousculade des arrivées à Chamonix

Les spectateurs des arrivées à Chamonix devront être très attentifs pour savoir s'ils voient arriver des coureurs de l'une de l'autre course.
En dehors de la CCC qui arrive en dehors des horaires des trois autres, il risque d'y avoir du monde sur la ligne d'arrivée.
ARRIVEES
CCC de vendredi 21h45 à samedi midi
TDS de samedi 14h30 à dimanche 8h00
UTMB de samedi 15h30 à dimanche 16h30
PTL de samedi 11h00 à dimanche 16h30

Florence et Didier au 1er raid familial de Nogent-le-Roi ce week-end

Didier et Florence sont inscrits pour prendre part ce week-end au premier raid familial de Nogent-le-Roi. Ils feront équipe avec Max et la soeur de Didier, Brigitte.


"La Forestière" ce dimanche à Belhomert

mercredi 25 août 2010

Modification du tracé de la TDS (secteur de St-Gervais)

Voici le message publié par le site de la course. Pour l'instant, ce message ne concerne que la TDS. L'UTMB qui passe pourtant à Saint-Gervais, n'est pas concerné.
"En raison d'un risque éventuel de rupture d'une poche d'eau sous le glacier de "Tête Rousse" un dispositif d'alerte a été mis en oeuvre par la Protection civile de Haute Savoie et la Mairie de Saint Gervais. Ce dispositif impose une légère modification du parcours de la TDS afin de traverser au plus vite la zone à risques. Le livret des cartes de la TDS en téléchargement a été modifié."
Après lecture des cartes rectifiées, on voit que c'est le secteur du pont des Places qui a été supprimé.

Marathon du Mont Blanc 2011: Denis a peur du tirage au sort !

"J'espère que cette année, je ne vais pas gagner un dossard pour le marathon du Mont Blanc au tirage au sort ! Je ne mettrai pas de bulletins dans l'urne mais on ne sait jamais !!! " Lors du salon de l'UTMB, le club des sports de Chamonix offre dix dossards par tirage au sort pour le cross ou le marathon du Mont Blanc 2010.
Gagnant, comme Florence, d'un dossard pour le marathon du Mont Blanc en 2010, Denis aimerait être maintenant épargné par le sort puisqu'il envisage d'aller courir sur les bords du golfe du Morbihan ce week-end de fin juin 2011.

UTMB / CCC / TDS: pourquoi l'on court !

Bien sûr, ce n'est pas pour elle que l'on court. Mais on est quand même drôlement fier de la mettre, cette veste de finisher. J'en connais certains qui ne l'ont quasiment pas quittée des jours, des semaines après l'arrivée de l'UTMB. Il paraît même qu'ils dormaient avec !
Et des mois, des années plus tard, croiser quelqu'un avec cette veste, cela crée des liens. On sait tout de suite que cette personne a connu la même réussite. Et pas la peine de présentation, on est tout de suite ami puisqu'on a partagé le même bonheur.
Cette veste représente tout ce qu'il a fallu mettre en oeuvre pour relever ce merveilleux défi. Toutes les heures d'entraînement, de doutes, de plaisirs, de souffrances, de satisfactions. Tous ces jours à ne penser qu'à ça ou presque. Ces discussions passionnées avec les copains eux aussi inscrits ou interminables avec les proches qui tentent de vous comprendre.
Ces lectures amusantes, fatigantes, surprenantes des messages sur sites, forums et blogs.
Et ces kilomètres en course, pendant "la" course, dans des paysages magnifiques, avec des bénévoles aux petits soins, aussi compétents que dévoués.
Il est des vestes qu'on n'aime pas prendre ou voir retourner. Celle-là, elle nous est précieuse, elle est magique, elle nous rappelle un moment inoubliable de notre vie.



L'écusson sur la veste finisher UTMB 2007

L'écusson de la veste finisher TDS 2009



L'écusson de la veste finisher CCC 2008

mardi 24 août 2010

Le favori de l'UTMB, Kilian Jornet, a été battu à la Western States avant d'être sacré champion du Monde de skyrunning et de gagner Sierre-Zinal !!!!

Kilian Jornet aura vécu un été mitigé avec une belle traversée record des Pyrénées, une défaite à la Western States fin juin alors qu'il était longtemps en tête et deux jolies victoires, au championnat du Monde de sky running (32 km) en Italie et ... au sprint sur les 31 km de Sierre-Zinal.

WESTERN STATES

Pour la Western States (100 miles en Californie entre Squaw Valley et Auburn), c'est l'Américain Geoff Roes qui a battu le record de l'épreuve en 15h07. Kilian Jornet est 3ème en 16h04 après avoir eu gros coup de mou.

Voici son compte-rendu paru sur son blog (traduit difficilement de l'espagnol)

Kilian lors de la Western States avec Anton


"Il est 5 heures du matin quand est donné le départ de la WS100, il fait encore nuit quand un petit peloton de 400 coureurs ont commencé à attaquer directement, sans échauffement les pentes de la station de ski de Squaw Valley, le rythme de la course est lent et personne ne veut tirer trop fort dans l'une des quelques bosses dans cette course, alors nous avons formé un groupe avec Roes, Anton, Hall et je mets le rythme. Le soleil commence à sortir et j'en profite pour regarder derrière moi le soleil se lever derrière le lac Tahoe, la région de la Sierra Nevada en Californie a des couleurs incroyables, au réveil, ocre, rouge, vert. le temps chaud nous nous attendions arrive vite. Nous sommes ensemble un groupe de dix pour arriver à Canyon Duncan, on commence une petite colline où nous allons de l'avant Anton, Roes et moi. Après un peu de neige, nous passons Robinson plat, où on commence une longue descente. Je suis surpris qu'Anton ne s'arrête pas aux ravitaillements, ni Roes. Ils ont un rythme régulier, au ravito, ils remplissent les bouteilles (un pour le refroidissement et l'autre pour la boisson) et ils continuent sans s'arrêter pour manger ou boire. La vérité est que vous en apprenez beaucoup à courir aux côtés de deux experts des 100 miles! On atteint les canyons, deux toboggans de 200-300m avec des pentes abruptes, et c'est là que je décide de faire un changement de rythme, habitués à la course de chez nous, où les changements de rythme sont constants (montées, descentes, plat, technique, marche ...). Sur les courses américaines ils prennent un rythme très régulier, ce qui, après quelques heures commence à être monotone mentalement. Je m'échappe donc dans la montée et Anton me suit une centaine de mètres, alors que Roes suit, gardant son rythme. Au ravito à la fin de l'ascension, je m'arrête pour boire et manger un peu et Anton arrive. Il passe, je le suis, et nous avons couru ensemble jusqu'à 60 miles. Nous arrivons à Foresthill, où nous attendent nos Pacers. Le mien est Rickey Gates, un coureur de montagne excellent (4e à Sierre Zinal 09). Il commence à faire très, très chaud, les températures doivent être d'environ 43 º. Nous nous aspergeons et les glaçons que nous mettons dans la casquette ne semblent pas suffisants. Nous continuons tous les quatre, Anton, moi et nos pacers. Anton continue son rythme, toujours avec la même foulée courte mais très efficace. A ce moment je suis très à l'aise de continuer à ce rythme car je garde des cartouches pour la fin ... Après une longue zone au soleil, nous arrivons à la traversée de la rivière, où cette année, en raison de grandes quantités d'eau, l'organisation a décidé de proposer des bateaux pour traverser. Nous prenons un bateau pour nous quatre et sur l'autre rive, on se jette à l'eau pour se rafraîchir. Puis on commence une montée douce pour arriver au ravito. Je commence à ressentir des crampes dans les jambes, c'est la première fois que je ressens une crampe et à la vérité, la douleur n'est pas très agréable ... Au ravito, je m'étire, je bois. Anton continue, sans arrêt, impressionnant. Je continue avec un autre Pacer, Jorge Pacheco, un coureur mexicain de Los Angeles qui a déjà beaucoup gagné de course, y compris 2 fois la Badwater. Je commence à courir, je me sens bien, mais les jambes ne veulent pas obéir. Après avoir allongé la foulée, les crampes reviennent en arrière, bloquant le quadriceps, et j'ai la jambe comme un bâton, bloquant le jumeau ce qui ne permet pas de fléchir le pied. Nous nous arrêtons à deux reprises, Jorge m'étire les muscles pour me détendre, mais en étirant il provoque une crampe aux adducteurs ! Pendant ce temps, Roes et son pacer nous passent à vive allure. Ils ont une foulée impressionnante ! Nous essayons de les suivre mais les jambes se rappelent vite à moi. Nous nous arrêtons donc 20 minutes dans un ravitaillement pour se faire masser, manger, boire, sel, sodium, potassium ... Mais chaque fois que je veux repartir, je sens des crampes. Jorge m'encourage en disant qu'il ne reste pas grand chose (15 miles) pour finir. Cela me donne la force de ne jamais abandonner, de continuer pour rejoindre Aubrun. Nous continuons donc à une vitesse lente jusqu'à 2 miles de l'arrivée pour permettre aux jambes de ne plus avoir de crampes. Nick Clark et son pacer nous passent comme une fusée. J'essaie de suivre en montée, car ainsi, au moins, je peux garder le même rythme que dans la plaine sans crampe. Mais l'arrivée approche. Jorge est devenu fou. Il m'encourage, crie: "Tu peux le faire, ils sont là, tu as plus de force qu'eux, ils sont à ta portée..." Et grâce à lui, je les remonte. Mais les crampes reviennent. Heureusement, on est sur le bitume et il ne reste qu'un mile. On est tous les 4 ensemble, chacun d'un côté de la route avec son pacer à donner son maximum. A 800 mètres de l'arrivée, j' accélère le rythme un peu, nous allons à 17 km/h. Nick est à quelques mètres .. 10, 20, 30 ... 40 m. J'en remets un coup pour prendre quelques mètres d'avance de plus et atteindre le stade avec une petite marge de sécurité. Ce dernier tour de stade me permet de profiter de cette course. Le bilan est que ce furent 20 derniers miles très, très durs, sans doute, les plus durs 20 miles de ma vie. Et après être arrivé au stade d'Aubrun, la satisfaction est maximale. Roes a gagné en pulvérisant l'ancien record de Scoot Jurek. Il a fait une course très régulière avec les derniers 40 miles en un éclair. Dans l'UTMB il va certainement être devant! À l'arrivée direct au sol, et après une analyse de sang, les médecins m'alertent de mon taux de sodium.

Nous avons pensé que les km de la Transpyrénéenne avaient été dures mais moins que les températures ici. Nous avons appris que pour venir courir dans les États-Unis vous devez vous entraîner dans la chaleur. Mais dans les Pyrénées et les Alpes, il ne fait pas chaud sauf à trouver un sauna avec un vélo statique. 20 km sans eau et 20 º ne sont pas pareils que 20 km à 40 degrés ... J'ai beaucoup appris de la course de Roes et surtout d' Anton. J'espère bien récupérer de cette course et appliquer ce que j'ai appris à l'UTMB cette année, et sûr, l'année prochaine, en préparation de la WS ...

Avec ce lien, allez voir quelques images de cette course fantastique qu'est la Western States Endurance Run:



GIRR DI MONT (Italie)

Voici le comte-rendu fait par Killian Jornet sur son blog.
Comme chaque dernier dimanche de juillet, le petit village transalpin de Premana est devenu la capitale mondiale du skyrunning. Et encore plus cette année, donc le Giir di Mont était le Championnat du Monde ISF, et les meilleurs spécialistes de la discipline étaient présents.
La "sfida" était annoncée entre Marco de Gasperi et moi, lui six fois champion du monde de course en montage, mais aussi très performant en skyrunning, donc il comptait ses apparitions avec des victoires et records, comme la Climbathon en Malasie, Valmalenco Valposchiavo, ou a Sierre Zinal où il a gagné avec le deuxième meilleur temps. Pour Moi, Marco n'était pas un adversaire, donc je rêvais de le suivre quelques kilomètres avant qu'il partait, et je craignait plus pour coureus de la taille de Ricardo Mejia, Tofol Castanyer, Agustí Roc, Jessed Henandez ou les nombreux italiens.
Premana c'est synonyme de fête du sport, et à 8h du matin, les 600 coureurs sommes partis entre les cris du enthousiaste publique. Déjà dans la première descente de 200m, Marco de Gasperi et moi sommes partis du groupe poursuivant et à peine à 100 mètres de montée j'ai compris que cette course c'était pour nous une dure "bataille" à deux pendant les 32km qui nous restaient. A un rythme d'enfer, on a passée les deux premières montées et descentes avec des constants attaques des deux pour essayer de partir, mais personne décrochait. J'étais convaincu que si aucun des deux laissait, on jouerait la victoire à l'sprint dans la montée a Premana. A un rythme de record on est arrivée au pied de la troisième et dernière montée du Giir di Mont, et dans la première partie Marco a mis un rythme très élevé pour essayer. C'était très dur mais j'ai réussi à pas décrocher et dans la forte montée dans l'alpage de Pemaniga, quand Marco s'a mis a marcher, j'ai vu que c'était le moment: Tout ou rien, c'était surement la dernière opportunité pour moi. J'ai tout donnée dans trois ou quatre minutes, Marco était derrière. 20m, 30m, 50m...100m. J'ai plus regardé en arrière et je suis parti à fond dans les derniers kilométrés de course, en espérant que l'avantage fut suffisant pour le tenir jusqu'au fin de la descente. Dans ma tête je voyais Marco arriver à bloc dans la descente, et pour cela j'ai pris beaucoup de risques dans les derniers 5 km de descente qui nous amenaient à Premana.
Là c'était la joie. Entre tous les spectateurs qui nous attendaient à l'arrivée j'ai pas pu tenir les larmes, l'émotion était trop...Il y a des courses que tu penses gagner celles que tu veux gagner et il en y a que tu rêves gagner. Là, j'étais au delà des rêves.
Le record est tombé de presque 5 minutes, mais ça c'était évident pour une course avec ce plateau. Marco est arrivée en deuxième position trois minutes après et Luís 3ème 10 minutes après.
Chez les filles, aussi un record qui tombe de presque 15', par Laetitia Roux devant Mireia Miró et Emmanuela Brizio. Vive le ski! 4 places dans les podiums!!!
Maintenaint, c'est temps de reposer un peu et préparer Sierre Zinal, où il nous attend une autre "sfida" aussi très dure avec les fréres Demateis, Tarçis, Flo...

SIERRE ZINAL

Dimanche 8 août, c'était à Sierre-Zinal (31 km, 2200 m+ et 800 m-) que Killian voulait faire le doublé après sa victoire en 2009. Sierre-Zinal est une course mythique, la doyenne des courses de montagne en Europe. C'est comme New-York pour le marathon, la course de montagne que chacun doit vivre au moins une fois dans sa vie.
Philippe a déjà pris 5 fois le départ de cette épreuve, 97, 01, 02, 03 et 04. D'autres Maratouristes ont déjà participé à Sierre-Zinal, Sophie (3 fois), JP, Didier et Joël.
Voici ce que dit LA TRIBUNE DE GENEVE lundi 9 août sur la victoire de Kilian Jornet.
"L'Espagnol Kilian Jornet, roi du "trail" et des courses "ultra", a remporté la 37 édition de Sierre - Zinal pour la deuxième année consécutive. Il s'est détaché dans la descente finale pour s'imposer avec 16'' d'avance sur le Portugais de Martigny Cesar Costa. En 2h37'27, Jornet n'a pas menacé le record du parcours du Néo-Zélandais Jonathan Wyatt (2h29'12 en 2003) ni même son chrono de l'an passé (2h35'30), mais il a patiemment attendu son heure pour faire valoir son agilité sur ce parcours de 31 km avec 2200 m de montée. La veille, il avait été piqué par une guêpe (il est allergique) et avait pris le départ avec une pointe d'inquiétude."

Le compte-rendu de Killian sur son blog

À 9 heures du matin, départ donné sur la route de Sierre, les sensations n'étaient pas mauvaises mais vite j'ai commencé à sentir que quelque chose n'allait pas bien, tu as envie de vomir et les jambes très lourdes. Ce serait un jour de souffrances, et beaucoup!
Un groupe s'est formé depuis le départ avec Shiessel, De Mateis, De Côte, De Kuprizka et moi.Après être arrivé au ravitaillement de Chandolin, à la moitié de la course, de Côte a accéléré le rythme en lâchant un à un tous les coureurs, j'ai pu endurer son rythme à grand-peine jusqu'à ce que, avant d'arriver à l'Hôtel weisshorn, je tourne la tête, et comme l'année passée, je vois un grand Tarcis Ancay qui a fait fort sur une grande section de plat et revient vite vers nous, emmenant avec lui Robert Kuprizka. À partir de là, c'était une lutte de 4, personne ne se détachait et personne ne voulait (ou ne pouvait) attaquer.
Et là c'était à chacun de jouer ses meilleures cartes, Tarcis l'a prouvé sur le plat, en tirant très fort, mais personne n'a lâché. Et j’ai pu sortir à 3 km de l’arrivée dans une descente raide. Je finis peu de temps devant Cesar Costa et Robert Kuprizka.
En finissant très très content de la course, puisque c'était une vraie lutte jusqu'aux derniers mètres.
L'organisation, parfaite, en invitant chaque année plus de coureurs, Merci Alexandra!
Le Public impressionnant, comme toujours dans cette course, le paysage, avec 5 quatre mille et la vallée d'Anniviers, indescriptible.

Trans-Gaule: Didier Cartreau dans La République du Centre !

Le Raid 28 au salon de l'UTMB cette semaine à Chamonix

Voici le message que papy Turoom a envoyé à tous les coureurs ayant déjà fait le Raid 28.
Cher amis du Raid 28,
A l'occasion de l'UTMB, L'ÉQUIPE TUROOM sera présente à Chamonix du 25 au 27 août sur le Salon de l'Ultra-Trail afin de présenter le prochain RAID 28 et le SEMIRAID 28 des 15 et 16 janvier 2011.
Mamy Turoom et moi-même serons heureux de vous accueillir sur notre stand, N° 69, qui se trouvera près de l'espace conférences, à gauche avant la sortie qui mène au parking et aux toilettes (c'est là où il y a le plus de passage...)


Henri et Didier, deux Maratouristes en plein travail de cartographie lors du Raid 28 de janvier 2010.

Bonne préparation pour celles et ceux qui s'engageront dans l'une des courses de ce week-end.

ATTENTION : Les équipes qui s'inscriront au RAID 28 ou au SEMIRAID 28 pendant la durée du Salon de l'Ultra-Trail de Chamonix bénéficieront d'une réduction de 10 % et d'un cadeau.
Une remise importante sera également consentie pour l'achat du DVD de la 17ème édition. Nous rappelons que ce film de 60 minutes est accompagné de bonus et de très nombreuses photos issues du reportage qui a été fait sur la course de janvier 2010 ; de beaux souvenirs.

Passez nous voir, vous apprendrez peut être quelque chose de nouveau sur le 17ème RAID 28 et nous écouterons vos remarques pour améliorer notre prochaine édition.
Pas la peine de chercher à nous fouiller, nous n'apporterons aucun élément du parcours 2011.

Bien cordialement et sportivement ;
à bientôt.

Patrick (Papy Turoom)

Présents depuis 2007 sur le Raid 28, les Maratouristes ne pouvaient manquer cette promotion. Nous inscrirons donc une équipe lors du salon de Chamonix.

lundi 23 août 2010

UTMB: Denis se rasera quand il sera finisher !

Il ne ressemble pas encore au Père Noël mais la barbe de Denis a bien poussé depuis qu'il a décidé de se raser uniquement dimanche 29 août quand il aurait franchi la ligne d'arrivée de l'UTMB !

UTMB / CCC: Sophie et Henri se préparent sur les sentiers de la Tête aux Vents et du lac Blanc

C'est sur les sentiers de la Tête aux Vents et ceux qui mènent au lac Blanc que Sophie et Henri ont préparé ce lundi leurs courses de ce week-end. On rappellera que Sophie sera la deuxième féminine maratouriste à se lancer sur la CCC. Edith avait été finisher en 2007.
Henri tentera pour sa part de devenir double-finisher de l'UTMB après sa réussite de 2008.

(Nos amis en se sont pas trompés de parcours. Si l'UTMB et la CCC passent bien à la Tête aux Vents, ces deux courses ne montent pas au lac Blanc (ouf!). Sophie et Henri ne sont montés là-haut que pour faire du tourisme !)

Ultra-trails de plus de 100 km (ou un peu moins): le palmarès des Maratouristes

Vendredi prochain 27 août, six Maratouristes seront engagés sur un ultra-trail. C'est presque aussi bien qu'en 2007 où nous étions huit inscrits sur l'UTMB (7) ou la CCC (1).
A 5 h du mat', Stéphane prendra le départ du Grand raid des Pyrénées (150 km) alors que Sophie et Christian attendront 10 heures du matin pour partir sur la Courmayeur-Champex-Chamonix (98 km). Henri, Denis et Philippe s'élanceront à 18h30 pour l'UTMB (166 km).


Voici la liste des ultra-trails ayant vu des Maratouristes finishers.
2002: Grand Raid de la Réunion (150 km): Florence, Didier
2003: Endurance trail (120 km), JP
2004: Grand Raid de la Réunion (150 km), JP, Christian, Denis, Didier
2005: Ultra-trail du Mont Blanc (158 km), Didier
2006: Ultra-trail du Mont Blanc (158 km), Christian, Stéphane
2007: Ultra-trail du Mont Blanc (163 km), JP, Stéphane, Denis, Philippe / Courmayeur-Champex-Chamonix (96 km), Edith
2008: Ultra-trail du Mont Blanc (166 km), Henri / Courmayeur-Champex-Chamonix (98 km), Philippe
2009: Grand Raid des Pyrénées (160 km), Stéphane / Sur les Traces des Ducs de Savoir (106 km), Philippe

dimanche 22 août 2010

UTMB / CCC / GRP: d'assez bonnes conditions météorologiques annoncées !

A J-5, les météorologues sont pour l'instant sympas avec nous. Ils nous promettent un temps assez chaud et correct sans précipitations.
Pour la CCC, ce sera grand bleu chaud. Une excellente nouvelle pour Sophie dont ce sera la première expérience sur ultra-trail avec une nuit en montagne.
Pour les deux autres courses, ce devrait être légèrement mieux sur l'UTMB que sur le GRP.
Mais ça a le temps de changer d'ici vendredi 27 août.

Météo prévue pour Vielle-Aure (Haute-Pyrénées) lieu de départ et d'arrivée du GRP

Météo prévue pour Chamonix (Haute-Savoie) pour l'UTMB et la CCC

UTMB: reconnaissance de la partie Trient - Catogne - Vallorcine ce dimanche par Henri

A 5 jours de l'UTMB, Henri a profité du beau temps qui régnait sur les Alpes pour reconnaître le parcours entre Trient et Vallorcine en passant par Les Tseppes et Catogne.
Avec Martine, ils ont même fait mieux que ça. Ils se sont garés à vallorcine, sont allés à Trient et sont revenus par le même chemin.
Belle journée !
Demain, montée au lac Blanc en passant pat la Tête aux Vents avec Sophie, Joël et les enfants.
Henri et Sophie vont être au point question dénivelé.

Werner Schweizer: un athlète exceptionnel !


Werner lors de la GTA 2009 (photo Courir et Découvrir)

S'il est une personne hors norme parmi mes milliers de coureurs de l'UTMB 2010, c'est bien Werner Scheizer.
Werner Schweizer a 71 ans et c'est quelqu'un d'exceptionnel. Sportivement tout d'abord puisqu'il prendra le 27 août de son huitième UTMB après avoir fini les 7 premiers. Un exploit rare !
Humainement, Werner est également une personne remarquable, très attachante. Philippe a eu l'occasion de le côtoyer lors du Tour du Beaufortain organisé en 2006 par Courir et Découvrir.
Toujours un mot gentil, agréable pour tout le monde, Werner est une célébrité dans le monde du trail. Rappel: Werner est V4, né en 1939.

Le palmarès de Werner à l'UTMB.
2003, 5ème en 24h18
2004, 9ème en 25h24
2005, 11ème en 24h50
2006, 53ème en 26h58
2007, 127ème en 30h11
2008, 192ème en 34h05
2009, 227ème en 34h07


En 2010, Werner aura le dossard 227

samedi 21 août 2010

52 pays représentés sur les ultra-trails UTMB / CCC / TDS / PTL et 22 pays sur le GRP !

Les drapeaux qui flottent au-dessus de la ligne de départ de l'UTMB (ici en 2009) montrent bien l'universalité des épreuves chamoniardes.

Voici la liste des 52 pays représentés sur l'UTMB, la CCC, la TDS et la PTL:
Afrique du Sud, Allemagne, Andorre, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chili, Chine, Chypre, Colombie, Croatie, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Grèce, Grenade, Hongrie, Irlande, Islande, Israël, Italie, Japon, Lettonie, Luxembourg, Maroc, Mexique, Monaco, Norvège, Nouvelle-Zélande, Paraguay, Philippines, Pologne, Portugal, Qatar, République Tchèque, Roumanie, Royaume Uni, Russie, Singapour, Slovéniue, Slovaquie, Suède, Suisse, Tunisie, Turquie, Vénézuela.
(cette liste a été établie à partir de la liste des inscrits sur le site de la course. Les organisateurs annoncent toutefois 58 nations représentées. Peut-être des coureurs à la double-nationalités !!!)

Voici les 22 pays représentés sur le Grand Raid des Pyrénées:
Allemagne, Autriche, Andorre, Belgique, Bouthan, Espagne, Hong-Kong, Sénégal, Croatie, Luxembourg, République Tchèque, Italie, France, Grèce, Hongrie, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Royaume Uni, Singapour, Slovénie, Suisse.

vendredi 20 août 2010

UTMB: un bonjour de Henri à l'entraînement au-dessus de Bovine

C'est de Portalo*, juste au-dessus de Bovine, que Henri et Martine nous saluent aujourd'hui. Col de la Croix du Bonhomme mercredi, Col Chécrouit et arête du Mont Favre jeudi puis Bovine vendredi, Henri fait du dénivelé et des bornes pour s'acclimater à l'altitude et se remémorer quelques passages de l'UTMB.
Demain, ce sera peut-être repos avant une dernière belle sortie dimanche.
Pour faire la partie col de la Forclaz - Bovine - Champex et retour, nos Maratouristes n'ont pas eu une météo extraordinaire avec quelques gouttes et un temps assez lourd, orageux.

* sur l'UTMB, quand on passe à Bovine, on n'est pas encore en-haut. Il faut faire encore six cents mètres de distance, passer dans une sorte de pré marécageux (c'est ainsi qu'il était dans une nuit de fin août 2007) et monter (62 m+) le long d'une clôture pour arriver à Portalo. Ce n'est que là, après avoir franchi la barrière que l'on amorce la descente, pas facile à cause des rochers et des racines, sur le col de la Forclaz et Trient.

CCC: Joël prend l'entraînement de Sophie en main

"J'ai trouvé un entrainement pour la CCC de Sophie qui me convient Je pense qu'elle sera performante. Les enfants non plus ne sont pas contre cet entrainement."